Forte implication R&D

Cap 2020 reste à la pointe de l’agronomie et des nouvelles technologies en s’impliquant dans différents projets en recherche et développement. 

Projet SIMPATIC

Le concept de Station Météo Virtuelle® a été mis au point, de 2009 à 2011, dans le cadre du projet SIMPATIC (Spatialisation de l’Information Météorologique Pour l’Amélioration des Techniques Culturales) financé par le Ministère de l’Agriculture et dont Cap 2020 était le co-animateur avec la Fédération Nationale des Producteurs de Plants de Pomme de Terre (FN3PT). Le projet SIMPATIC avait pour objet de développer des services météo et agro-météorologiques innovants permettant aux acteurs agricoles une prise en compte des risques climatiques à l’échelle de la parcelle agricole.

Différents partenaires ont été impliqués dans le projet :

  • des Instituts Techniques Agricoles : FN3PT porteur du projet, Institut Français de la Vigne et du Vin (IFVV), ARVALIS – Institut du végétal, Société Nationale Interprofessionnelle de la Tomate (SONITO),
  • la Chambre d’Agriculture d’Eure-et-Loir,
  • Cap 2020 et ses partenaires associés : NUMTECH (société spécialisée dans les simulations atmosphériques à haute résolution), Estimages (société spécialisée dans l’analyse spatiale des données et la géostatistique) et Météo France.

Pour Cap 2020, partenaire central du projet, l’activité a consisté à mettre en place une plateforme d’intégration pilote permettant de :

  • acquérir des informations météo issues de différentes sources hétérogènes : grilles de données, données de stations météo de différentes marques,
  • spatialiser l’ensemble des données,
  • mettre les données spatialisées à disposition des Instituts Techniques Agricoles sous forme de Stations Météo Virtuelles® (SMV) afin d’alimenter leurs Outils d’Aide à la Décision.

 

Projet GNSS-Agri

Le projet GNSS-Agri a fait l’objet d’un contrat signé entre le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) et Cap 2020 en réponse à « l’appel à projets sur les applications spatiales aval innovantes au service du développement économique et sociétal ». Il a démarré en février 2011 et doit s’achever en fin 2013.

Le projet consiste à développer un pilote permettant d’évaluer l’intérêt technique et économique de l’analyse des signaux émis par les systèmes de positionnement par satellites (Global Navigation Satellite System = GNSS) pour améliorer la spatialisation de paramètres climatiques difficiles à évaluer via les modèles de simulation atmosphérique à haute résolution et tout particulièrement les paramètre météo en relation avec la teneur en humidité des couches atmosphériques (l’évapotranspiration, la durée d’humectation du feuillage ainsi que la prédiction des événements pluvieux).

Pour mener à bien le projet, Cap 2020 a fait appel à différents sous-traitants :

  • le Laboratoire de Météorologie Physique de Clermont Ferrand (UMR6016 CNRS / Université Blaise Pascal),
  • la Société NUMTECH,
  • l’Institut Supérieur d’Électronique de Paris (Isep),
  • l’Institut National de Recherche Agronomique d’Avignon.

Projet MCUBE

Projet Mcube - campagne 2012Le projet MCUBE est un projet de recherche et développement FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) labellisé pôle de compétitivité System@tic et soutenu par le Conseil Général de l’Essonne. Il se déroule du juin 2010 à avril 2014.

L’objectif technique du projet MCUBE (Multimedia for Machine to Machine) est de développer une technologie M2M pour la capture et l’analyse de flux multimédia (son et image) par des réseaux de capteurs avec des problématiques de faible consommation et de transmission GPRS/EDGE. Le projet couvre la chaîne complète : de l’acquisition des données, à la transmission, l’analyse, le stockage, et le service d’accès par le WEB.

 

Ce projet implique plusieurs partenaires : l’Isep (Institut Supérieur d’Electronique de Paris), la société WebDyn (spécialisée dans les passerelles M2M), la société SolarNet (opérateur d’électricité solaire) et Cap 2020.

Cap 2020 a en charge un des deux cas d’étude du projet. Il concerne la supervision en temps réel et en continu d’une zone de production de tomate de plein champ. Concrètement, il consiste à suivre :

  • la croissance et la maturation des tomates via l’analyse d’images,
  • l’évolution de la population de noctuelles en combinant analyse du son et analyse d’image.

L’ensemble du dispositif expérimental du projet MCUBE est implanté dans la région de Tarascon (13). Les retombées des études du projet MCUBE pourront être appliquées au suivi d’autres cultures (vergers, etc.) ou d’autres types d’insectes.

 

Projet CROCUS

Le projet CROCUS (Capteurs en Réseau, autOnomes, pour le suivi du Climat, de la Végétation et du Sol) est un projet de recherche et développement financé par le Ministère de l’Agriculture dans le cadre de « l’appel à projets Recherche finalisée et innovation des instituts techniques agricoles » pour l’année 2012. Il a débuté en janvier 2013 et doit s’achever en décembre 2015.

Différents partenaires sont impliqués dans le projet :

  • ARVALIS – Institut du végétal : chef de projet,
  • Acolyance, coopérative de Champagne-Ardenne et de Picardie
  • Cap 2020,
  • INRA d’Avignon,
  • Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) centre de Clermont-Ferrand.

L’objet du projet est d’évaluer l’intérêt technique et économique des Réseaux de Capteurs Sans Fil (RCSF) pour acquérir de manière très régulière des observations au cœur des parcelles et alimenter en temps réel un système d’information servant de support à l’élaboration et la diffusion des conseils des outils d’aide à la décision (OAD).

Les RCSF sont une des technologies les plus prometteuses car ils sont complémentaires des solutions existantes (satellites, capteurs embarqués, stations météorologiques) qui présentent des résolutions spatiales ou temporelles trop faibles.

Dans ce projet dont la finalité est de mettre en œuvre et évaluer un système d’information complet, allant de l’installation d’un RCSF opérationnel jusqu’au conseil à l’agriculteur, le rôle de Cap 2020 est d’adapter sa plateforme d’intégration à la problématique du projet.